Frais de port OFFERTS à partir de 350€ en France Métropolitaine

Les Grandes Orgues 2016 Magnum

L'Arbre Blanc

Vin de France - Année 2016

 * Référence rare limitée à 1 bouteille par client ou 1 magnum, merci de partager :)

 * Only one bottle or one magnum and 1 order per guest, thank you for sharing :)

 *Bouchon en verre à partir du millésimme 2016

ACCORDS METS/VIN

Volailles rôties, poissons grillés

NOTRE COMMENTAIRE

Frédéric Gounan vinifie depuis les années 2000 en Auvergne à Saint-Sandoux, au sud de la ville de Clermont-Ferrand. Le domaine de L’Arbre Blanc propose des vins délicats et élégants. La recherche de la complexité et de la finesse est le travail de Frédéric au quotidien. Les Petites Orgues est un vin de plaisir moins complexe et charnu que Les Grandes Orgues. Une légère acidité apparaîtra, il convient de carafer une bonne heure et de déguster à 16°C.

  • Domaine : L'Arbre Blanc
  • Appelation : Vin de France
  • Millésime : 2016
  • Encépagement : pinot noir
  • Contenance : 150cl
  • Degré d'alcool : 12,50%
  • Potentiel de garde : 8 ans
  • Saveur : fruité, puissant, souple

1 bouteille disponible En stock

95,00 €

Magnum - Prix Unitaire TTC

Paiement sécurisé - Expédition France et à l’international

Frédéric Gounan

Frédéric Gounan

Frédéric Gounan vit à Saint-Sandoux dans le Puy-de-Dôme, à 30 kms au sud de Clermont-Ferrand.
Son domaine L’Arbre Blanc, doit son nom à un arbre superbe planté au milieu de ses vignes.

Frédéric est « un indigène » comme il dit, issu d’une filiation de paysans originaires de son village Saint-Sandoux, depuis au moins la révolution française…

Dans une première vie il fabrique des prototypes de motos qui attirent la marque française Voxan qui veut se relancer. Quand l’activité commence à être trop en contact avec le monde industriel, Frédéric comprend qu’il n’est « vraiment pas fait pour ça !».

Alors il décide de faire du vin, et d’en faire chez lui, où il trouve que tout ce que produit la terre a des qualités gustatives à part. Il veut travailler en accord avec la nature, sans aucun intrant. Et il sait que pour ça, il va devoir compenser un climat un peu trop rude : donc travailler la photosynthèse… « pour faire des canons qui tiennent la route, et ne soient pas des putain de fuschine qu’on trouvait à l’époque en Auvergne ! »